Arpajon et sa région - Histoire
  . -          Le  T'Chat arpajonnais  
La foire
aux haricots

Le carnaval
de Bineau

Le canton
d'Arpajon

Tourisme

Histoire

Associations

 Nuisances aériennes

Images
d'aujourd'hui

Images
panoramiques

Galerie
de peinture

Images
d'autrefois

S'abonner à la lettre du site
Le forum arpajonnais

Quoi
de neuf ?

Votre page
sur ce site

Vos suggestions

 
Histoire

 
Le Marquis d'Arpajon |  La Halle du XVème siècle |  Gabriel Chevrier |  l'Arpajonnais ] 

 
  Le Marquis d'Arpajon

Châtres était autrefois un chef-lieu d'un arrondissement important qui regroupait Palaiseau, Orsay, Marcoussis, Montlhéry, Linas, Torfou, Villejust, Gomez-le-Châtel, Limours, Forges...

Le nom de Châtres remonte jusqu'aux années 250 après Jésus-Christ. Arpajon s’appelait sous l’Ancien Régime Châtres, du latin Castra, camp militaire romain.

Ce fut le nom de la région jusqu'en 1720, date où le Marquis Louis d'Arpajon prit possession du territoire. Arpajon était le nom du fief de ce seigneur dans le Cantal. La famille d'Arpajon n'avait que peu de lien avec ce département ayant reçu Sévérac en apanage par une succession d'héritages.

Louis d'Arpajon Maréchal de France était tout d'abord Baron puis fut récompensé par Richelieu pour services rendus et nommé Duc. La branche aînée a disparu (la dernière descendante fut guillotinée). Il reste des Sévérac (un président de banque) faiblement apparentés.

Pour diffuser ce nouveau nom d'Arpajon, le Marquis, accompagné de ses valets, interrogeait les passants qu'il rencontrait et leur demandait comment s'appelait l'endroit où ils se trouvaient. Ceux qui avaient le malheur de répondre "Châtres" recevaient une pluie de coups de bâtons. Ceux qui répondaient "Arpajon" recevaient une pièce d'argent. Et le nom de Châtres fut vite oublié.

Cette histoire des valets est amusante et anecdotique mais le nom de la ville de Châtres a été changé en réalité suite à une proposition du Duc de réduire les impôts locaux pendant deux ans (qu'il percevait pour les frais d'investissement et de fonctionnement de la communauté comme de payer des policiers, des juges, un tribunal, entretenir la voirie, etc...).
Les armoiries de la commune d'Arpajon sont celles du Marquis Louis VI d'Arpajon, que l'on peut également voir au château de Sévérac dans l'Aveyron.          Les détails du blason
écartelé : au premier et au quatrième d'azur aux trois fleurs de lys d'or et à la bordure du même, au deuxième et au troisième de gueules à la harpe d'or

Ce blason est un rappel des armes de Chastres (nom de la ville jusqu'en 1720) et de celles des marquis d'Arpajon. Ces armes sont parlantes par la harpe.


Voir également :
Heraldry of the world
 

 
  La Halle du XV ème siècle

Située sur la place du marché, la Halle est l'orgueil et la fierté de la ville.

Elle fut construite à la fin du XVème siècle et au début du XVIème siècle par les seigneurs de Châtres à la croisée des routes Paris-Etampes et Corbeil-Dourdan.

Elle était le lieu de rassemblement de tous les commerçants de la région et abritait de fréquentes foires où se vendaient les cultures maraîchères et le bétail.

Ses dimensions sont :  longueur 35 mètres et largeur 18 mètres.

 Halle Xvème siècle

Voir également :

Pourquoi les marchés existent-ils toujours ?
 

 
  Gabriel Chevrier

 Gabriel Chevrier posant avec ses décorations, portrait par Bougerol 1890 (devenu Thirion)
La variété de haricots "Chevrier" a été créée par Gabriel Chevrier et a remporté de nombreuses fois des prix et concours à la foire aux haricots.
<< Gabriel Chevrier, posant avec
ses décorations, portrait par Bougerol
1890 (devenu Thirion)


 ( © Béatrice Moley )

 
 Diplôme décerné à Gabriel Chevrier
Diplôme décerné à Gabriel Chevrier   ( © Béatrice Moley )

 

 
 
L'Arpajonnais

Arpajon était le centre d'une région maraîchère de grande importance. Des quantités de marchandises, veaux, farine, volailles, beurre, oeufs, légumes, fruits étaient destinées à l'approvisionnement de Paris. Les trains de denrées maraîchères (principale activité du chemin de fer) fonctionnaient de une heure à quatre heures du matin, pour alimenter les halles centrales de Paris. Auparavant, ces mêmes denrées étaient acheminées la nuit vers Paris sur des charrettes péniblement tractées par des chevaux puis par voiture par les routes ordinaires ce qui constituait, à l'époque, de longs et couteux trajets.

C'est pourquoi les communes de la région sud de Paris demandèrent une liaison de chemin de fer directe vers Paris. Le chemin de fer de Paris à Arpajon qui fut en service de 1894 à 1936

En 1881, l'ingénieur Henri Vieillard présenta une demande en concession d'une ligne de tramways à traction mécanique destinée au transport des voyageurs et des marchandises entre Paris et Arpajon. A cet effet, une société au capital de deux millions de francs fut créée en février 1889 : la Compagnie du chemin de fer sur route de Paris à Arpajon. Son siège social était situé au 68 de la rue Beaunier à Paris. L'inauguration eut lieu le 10 mai 1894. La voie ferrée suivait la route nationale 20 sur la plus grande partie de son trajet mais s'en écartait à plusieurs reprises, notamment pour desservir Wissous, Morangis, Sceaux-les-Chartreux et Leuville. L'exploitation de cette ligne de 37 kilomètres s'est faite en plusieurs étapes. En avril 1893, ouverture du tronçon Paris, Porte d'Orléans - Antony et successivement en 1893, 1894, 1985 les tronçons Antony - Longjumeau, Longjumeau - Monthléry et Monthléry - Arpajon, ainsi que Porte d'Orléans les Halles et Porte d'Orléans Odéon. Le projet, d'un intérêt commun, fut adopté par tous et mis quelques années à se concrètiser. Une partie seulement de la ligne fut électrifiée.

L'Arpajonnais transporta de nombreux voyageurs et marchandises vers la capitale en laissant sa fumée caractèristique sur son passage.

Après la guerre de 1914-1918, le développement progressif du transport des marchandises par camion sonna le glas de l'exploitation de l'Arpajonnais. Dès 1935, la Compagnie fut mise en liquidation financière. Entre temps, la STCRP (ancêtre de la RATP) continua l'exploitation jusqu'en octobre 1936, date à laquelle fut mis fin l'exploitation du chemin de fer d'Arpajon.



Voir également :
l'Arpajonnais à Montlhéry
Histoire de l'Arpajonnais (Wikipedia)



 Affiche du Chemin de Fer Paris-Arpajon


 Le Chemin de Fer Paris-Arpajon


Quelques images d'autrefois...
 

 
 
Voir également :
Histoire et patrimoine de la Ville d'Arpajon
Histoire de la Norville
 
 
 
 



Page d'accueil |  Tourisme |  Associations |  Loisirs |  Liste de discussion |  T'Chat ] 
Agenda |  Annonces |  Discussions |  Arts |  Index du site |  Rechercher |  Lettre du site |  Contact ] 


Web : www.arpajon.fdn.fr          Mobile : www.arpajon.fdn.fr/mobile      Wap : www.arpajon.fdn.fr/wap
Site   bénévole   et   non   commercial   indépendant   de   toute   municipalité
Copyright  ©  1996-2015     -     Arpajon et sa région    -    Tous droits réservés


URL :  http://www.arpajon.fdn.fr/index.php3?p=histoire       Modifié le :  15/01/2013 12:58
 
  Partager sur Facebook Faites connaître Arpajon et sa région à vos amis sur Facebook  
akka