Tourisme   Retour Accueil
 Version française      English version
 
  Arpajon
Avrainville
Bruyères-Le-Châtel
Cheptainville
La Norville
Egly
Guibeville
Leuville-sur-Orge
Ollainville
 Saint-Germain-Lès-Arpajon
Images
Hôtels
FNOTSI
Carte
Liens
 Images d'aujourd'hui

 
Source : OTSI Arpajon
Images : Arpajon et sa région © 1999
 
  Arpajon : lieu d'étape, centre administratif et commercial de la région.

Jusqu'en 1720 la localité s'est appelée Châtres. Un nouveau seigneur lui donna alors le nom de son fief d'Arpajon dans le Cantal. Afin de diffuser plus vite cette appellation, il interrogeait les passants : "quel est le nom de ce lieu ?" Ceux qui répondaient "Châtres" recevaient des coups de canne, ceux qui disaient "Arpajon" touchaient une pièce d'argent.

Arpajon est au centre d'une région maraîchère dont les légumes arrivaient jadis aux halles de Paris par "l'Arpajonnais", chemin de fer sur route, célèbre auprès des voyageurs pour ses fumées tenaces.

La spécialité locale est le "chevrier", variété de flageolets créée en 1878 par un cultivateur de Brétigny-sur-Orge nommé Chevrier. La Foire aux Haricots se tient à Arpajon chaque année en septembre.

Un important marché a lieu chaque vendredi depuis le XIII ème siècle.

La magnifique Halle en chêne du XVème siècle (1470, M.H) est la fierté et l'emblème de la ville.

L'Eglise Saint-Clément (XI ème-XV ème siècle M.H) offre un original triforium, de belles clefs de voûte et abrite des pierres tombales du XIII ème siècle. Son clocher carré supporte un paratonnerre installé en 1782 par Benjamin Franklin.

Signalons quelques maisons du XV ème siècle, l'Hôtel de Ville et son Parc de Freising aux bords de l'Orge peuplée de nombreux canards.

Plus de 300 commerces, les salles de Cinéma, une Auberge de Jeunesse, une vie culturelle active contribuent à l'animation de la ville.

En septembre, la Foire aux Haricots (300.000 visiteurs), son tournoi d'échecs et ses concours gastronomiques et floraux.

En mars, le carnaval de Bineau.

[ Voir les Images ]



Avrainville

Le village, à vocation agricole et horticole, fut jusqu'à la Révolution un fief des abbés bénédictins de Saint-Germain-des-Prés, seigneurs d'Avrainville.

Le château du XVII ème siècle, de très anciennes fermes ainsi que les bois conservent à Avrainville ce parfum d'une époque révolue.

L'église Sainte-Marie se signale par son clocher-tour flanqué de contreforts et sa nef lambrissée.

En juin a lieu la Fête d'Avrainville.


Bruyères-Le-Châtel : L'Eglise, Place Saint-Didier

Son nom signifie "château bâti sur une terre de bruyères".


Le Château et sa poterne du XIV ème siècle (aujourd'hui propriété des Frères de Saint-Jean-de-Dieu) dominent un vaste parc peuplé d'animaux ; parmi les arbres majestueux, un chêne planté sous Saint-Louis.

Un menhir se dresse au lieu-dit "la Pierre de Beaumirault". L'Eglise Saint-Didier du XI ème siècle et les vieilles maisons du centre, sont avec les deux beaux lavoirs restaurés, les autres buts de promenade de la ville.
 Etangs de Trévoix (Cliquer pour agrandir l'image)


Au printemps a lieu le Salon de la Palette d'Argent (peinture).


Cheptainville : Elevage "La Doudou" (chèvres), Forêt régionale des Fourneaux

L'ancienne "Capitani villa", la ville du chef, s'articule depuis le XII ème siècle autour de l'église dédiée à l'invocation de Saint-Martin. De cette époque date le clocher ; la nef, reconstruite en 1471, a été réhabilitée au XIX ème siècle.

Patrie du poète Pierre Dupont, auteur du célèbre "j'ai deux grands boeufs dans mon étable...", Cheptainville a su garder son caractère agricole.

La renommée du village s'affirme en parallèle à celle de la notion de "produits du terroir" grâce à son élevage de chèvres ainsi que sa production de miels, fruits, produits fermiers...


Egly : Eglise Saint-Pierre (clocher du XIII ème siècle inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques 1929).

Sa situation au bord de l'Orge a valu à la ville son nom latin aeglati (lieu fertile entouré de haies) et à ses habitants celui d'Aglatiens.

Aujourd'hui comme jadis, les rives de l'Orge et les étangs aménagés constituent l'un de ses charmes. Le château de Ville-Louvette près de Breuillet, est caractèrisé par l'emploi de la brique, de la pierre et de l'ardoise et est accompagné de dépendances dues à l'architecte Jean-Renaudie (XX ème siècle).

Le château d'Egly, pour sa part, abrite l'Hôtel de Ville.

L'Eglise Saint-Pierre-et-Saint-Paul est remarquable par son clocher du XIII ème siècle. Trois anciens lavoirs ajoutent au charme des lieux.

En juin a lieu la fête des Loups.

Le salon des Artites Peintres d'Egly se tient en novembre.


Guibeville : Pont de Douves

Charmant village à vocation agricole, il tire son nom, selon les historiens, de la famille gallo-romaine Gibossus.

A côté d'anciennes fermes, le village se développe harmonieusement autour de sa mairie moderne. De son ancien château seigneurial ne subsiste que les douves et le remarquable pont qui les franchissent, récemment restauré et mis en valeur.

L'ancienne mairie, véritable "maison de poupée" est également à découvrir.


La Norville

Il semble que la ville ait tiré son nom dès le XI ème siècle du prénom féminin Eléonor.

A travers un grand parc dégagé, on accède à son château du XVIII ème siècle (actuellement centre médical de phoniatrie infantile) qui jouxte l'Eglise Saint-Denis du XVI ème siècle.

L'Hôtel de Ville occupe l'autre château du XVII ème siècle.

Les bois, de belles propriétés, de vieux lavoirs et une fontaine agrémentent encore la visite "d'Eléonorville" d'où l'on jouit d'une vue sur Arpajon et la vallée de l'orge.

En octobre a lieu la Fête des Châtaignes.


Leuville-sur-Orge

Bâti sous François 1ier, puis racheté en 1750 par le marquis Philippe de Noailles d'Arpajon, le château de Leuville subsiste en partie et a hébergé à partir de 1917 le gourvernement géorgien en exil.

 Eglise Saint-Jean-Baptiste (Cliquer pour agrandir l'image)


Autour d'un ensemble de maisons anciennes, on remarquera trois lavoirs publics et l'église Saint-Jean-Baptiste, du XIV ème siècle, présentant plusieurs statues et une grande toile du XVIII ème siècle.


Les rives de l'Orge sont aménagées en une agréable promenade sous les frondaisons.

La Fête communale a lieu, deux jours durant, à la Saint-Jean.

Au printemps se déroule le "Carnaval de Bineau".

La fête nationale de la Géorgie se célébre à la date anniversaire de la restauration de l'indépendance et de la proclamation de la Ière République, le 26 mai 1918.


Histoire :

- le château construit au XVIIIème siècle est aujourd'hui détruit. Il ne subsiste que le pavillon de chasse, parfois improprement appelé le "château des Géorgiens".

- en 1921, suite à l'invasion de son territoire par les armées de la Russie soviétique, la Ière République de Géorgie (présidences du parlement et du gouvernement, ministres, chefs de file de la majorité et de l'opposition) dut prendre le chemin de l'exil. Elle s'installa en 1922 dans le pavillon de chasse du château de Leuville-sur-Orge.

- le nombre des émigrés politiques géorgiens du XXème siècle ne dépassa jamais le millier en France, dont une centaine à Leuville-sur-Orge. Cinq cents d'entre eux reposent dans le "carré géorgien" du cimetière, qui fut l'objet d'un don de terrain à la commune de la part de l'Association Géorgienne en France en 1956. Un ossuaire y a été édifié, des cérémonies chrétiennes orthodoxes s'y déroulent régulièrement.

- les présidents de la IIème République de Géorgie, Edouard Chévardnadzé, puis Mikhaïl Saakachvili vinrent rendre hommage à la Ière République en 1997 et en 2004 lors de leur visite officielle en France.

- aujourd'hui, les descendants des émigrations politiques géorgiennes se sont francisés et ont tous quitté Leuville-sur-Orge.

Pour plus d'informations, consulter le site Internet du Comité de Liaison pour la Solidarité avec l'Europe de l'est : www.colisee.org



Ollainville : Vallée de l'Orge, Etangs de Trévois (Pêche et Promenade)

Ancien hameau de Bruyères-le-Châtel érigé en commune en 1792, Ollainville fut, en particulier, la résidence du Roi Henri III... et de ses mignons.

L'ancien château, détruit en 1835, a été remplacé par un autre de style "Louis-Philippe".

Le centre ville et le hameau de la Roche possèdent de vieilles maisons charmantes.

Le château de la Roche n'est pas ouvert à la visite mais s'offre, avec son parc, au regard du promeneur. Les étangs aménagés, les rives de la Remarde et de l'Orge sont autant de promenades pittoresques.

A la Pentecôte a lieu la Fête Communale.


Saint-Germain-Lès-Arpajon

Patrie de Saint-Corbinien, premier évêque de Freising, en Bavière, la ville s'appelait Saint-Germain-Lès-Châtres jusqu'en 1720.


Dans l'église, dédiée à Saint-Germain d'Auxerre (XI ème-XV ème siècle), se trouvent un reliquaire de Saint-Corbinien ainsi que des vitraux et une grande tapisserie moderne.

La mairie domine un parc plein d'attraits, aux essences variées d'arbres pluricentenaires.

Le parc mène à une promenade le long de l'Orge, parmi les moulins à eau.
 La Tour (Cliquer pour agrandir)


Dans le parc du château de Chanteloup, ancien domaine royal, un colombier se dresse dans un écrin de verdure.

Fin mai, début juin a lieu la Fête communale.