POURQUOI UN RÉFÉRENDUM CONSULTATIF COMMUNAL ?

Un simulacre de concertation :

Un remaniement complet des trajectoires aériennes sur l'Essonne se prépare dans le silence le plus total des autorités administratives (mais pas celui des avions). La population et les élus ont été, et sont tenus entièrement à l'écart de décisions cruciales. Nous constatons tous une dégradation importante de la qualité de la vie quotidienne, du fait du survol de nos communes à basse altitude par un nombre croissant d'avions. Il n'y a eu ni concertation ni même information préalable. Ni d'explications à posteriori, malgré de nombreuses demandes,.

Et ceci n'est qu'un avant-goût de ce qui nous attend tous.

La réorganisation de l'espace aérien de l'Essonne (et, au-delà, de toute la région parisienne) a été préparée, dans la plus totale opacité. Les populations ont été tenues dans l'ignorance, les élus désinformés et trompés quand aux enjeux et aux conséquences de ces projets ( voir par exemple le silence gardé par la DGAC sur l'incidence du couloir d'atterrissage sur les couloirs de décollage, ceux face à l'est comme ceux face à l'ouest)

Beaucoup d'élus l'ont dit eux-mêmes, et ont rendu publique leur protestation.

Derriére ce couloir aérien se cache la réorganisation totale du trafic aérien en Ile de France.

Ce projet de couloir aérien en centre-Essonne, loin d'être un ajustement ponctuel rendu nécessaire par une contrainte technique spécifique, n'est qu'un des premiers éléments d'un bouleversement plus grand, qui doit ouvrir la totalité de l'espace aérien de l'Essonne au trafic aérien tous azimuts , faisant ainsi de notre département une zone sinistrée. Voilà qu'on parle d'un futur doublement du trafic passagers d'Orly, d'une troisième aérogare Orly-est, de l'abrogation du couvre-feu nocturne, de l'affectation à Orly des futurs Airbus A 380, gros porteurs de la taille d'un stade de football… C'est clairement inacceptable pour les Essonniens !

Retour à la démocratie : Organisation d'un référendum consultatif communal.

Par-delà les appartenances politiques, la population et les élus sont d'accord :

nous n'accepterons aucun nouveau couloir aérien en Essonne !

Il n'est pas possible que la dégradation des conditions de vie de centaines de milliers de personnes soit ainsi décidée .

Au silence nous avons choisi d'opposer les moyens de la démocratie : le débat, l'information, le vote.

La volonté populaire doit pouvoir s'exprimer !

L'organisation de référendums municipaux a recueilli l'assentiment quasi-unanime des élus locaux et des responsables d'associations réunis dans la lutte contre le nouveau couloir aérien.

De tels scrutins, organisés le même jour dans nos communes sur une même question, n'ont bien sûr en termes juridiques qu'une valeur indicative. Ils peuvent avoir, par contre, un poids politique déterminant.

Ce sera la première fois en France que de tels référendums se tiendront, non sur une seule commune, mais dans de nombreuses communes à l'échelle d'un département entier.

Plusieurs communes ont déjà commencé à prendre des dispositions en ce sens. Ce mouvement va se généraliser et se coordonner rapidement, afin que la volonté populaire donne au coup d'arrêt à ces projets .

Dans la pratique :

La base juridique de cette initiative ne souffre aucune contestation : dans une démocratie, il ne peut jamais être interdit ou illégal de consulter la population.

Dans un souci de simplicité et de rapidité, ce référendum consultatif ne procèdera pas des dispositions spécifiques prévues dans certains cas par le Code Général des Collectivités territoriales mais tout simplement de ces principes républicains fondamentaux.

Le Comité du référendum du 2 décembre veillera à ce que les modalités de votation soient conformes à ces principes.

Afin de centraliser les initiatives et d'apporter à chacun les réponses, notamment techniques et juridiques, aux questions qui pourraient se trouver posées par ces opérations , des fax peuvent être envoyés, au 01 60 82 90 93, ou des e-mail à sylviej1@club-internet.fr .