Le Carnaval   Retour Accueil

 
Tous les ans, en Mars,

Le Carnaval de Bineau à ARPAJON





Des années de tradition...

Le carnaval d'Arpajon se réfère à une très ancienne coutume qui veut que le sieur Bineau fût, d'après la légende du Moyen Age, un intendant qui avait cru devoir s'attribuer le "droit de cuissage" que le seigneur du cru se réservait auprès des jeunes épouses au soir de leurs noces.

Le seigneur, mécontent, frustré dans ses privilèges le fit juger et brûler sur la place du marché de cette bonne ville de Châtres (nom porté par Arpajon à cette époque).

Ainsi depuis des siècles, le souvenir de cet épisode fut concrétisé le jour du mardi gras par des mascarades qui se terminent toujours par le jugement et l'exécution du sieur Bineau.

Le comité du carnaval fut constitué en 1958 et date définitive fut prise : le premier dimanche de mars de chaque année.

Les festivités carnavalesques comprennent un défilé de chars, des groupes de musique, précédés d'une importante fête foraine avec manèges et attractions en tous genres, place d'Etampes. Compte tenu du succès de cette fête traditionnelle, le comité a prévu, depuis 1996, d'installer des attractions également Place de la Gare. Une brocante fait la liaison entre les deux places.


Un peu d'histoire...

Depuis l'antiquité les peuples ont toujours aimé faire la fête. Festins, musique, danses et déguisements constituaient le fond des réjouissances des Egyptiens, Hébreux, Grecs ou Romains. L'église chrétienne, tolérante à l'égard de ces festivités, les régularisa et primitivement le carnaval commençait le 25 décembre pour se terminer avec l'Epiphanie. Sous ces déguisements disparaissaient les différences sociales.

Le carnaval du Moyen Age était trivial et grossier. Charles VI, dit le Bien-Aimé ou le Fou, amateur de fêtes étourdissantes, faillit perdre la vie à l'occasion d'un bal masqué alors qu'il était déguisé en ours pour la circonstance. C'est ainsi que sa cour mit fin à la mode des bals masqués.

La vogue des mascarades publiques renaît avec l'influence de la Renaissance italienne. Le Régent en 1715 institue les bals masqués de l'opéra et ranime le goût de la nation pour la moquerie et les plaisirs faciles. Ces bals eurent un énorme succès jusqu'à la Révolution et reprirent de plus belle en 1799.

Aux XIX et XXème siècles, ces festivités perdent beaucoup de leur éclat et c'est au lendemain de la deuxième guerre mondiale que l'envie de s'amuser, de faire la fête, reprend jamais ses droits, et l'on voit renaître les carnavals un peu partout en France.

 
 
 
 
 
        Défilé de chars
 
 
 
 
  Le Sieur Bineau sera brûlé
 
 
 
 
  Défilé de chars


Archives : carnaval de Bineau, mars 2000 et mars 2001 en images